samedi 15 novembre 2008

grus grus les grues passent



jeudi soir (13 novembre) après 23 heures... entendu le premier vol de grues cette année : sont-elles en retard ou sont-elles à l'heure ? apparemment elles auraient tendance à retarder leur départ en fonction des conditions météo...
je ne les ai pas vues : pleine lune mais plein de brouillard...
par contre on entend bien leur cris qu'elles poussent sans arrêt tout au long de leur vol... (alsace bossue)

http://champagne-ardenne.lpo.fr/grues/point_sur_la_migration.htm#
Leurs cris, "GROU GROU", ne trompent pas. Au vol, les grues sont caractérisées par un grand cou et des grandes pattes dépassant du corps.

La Grue cendrée en quelques chiffres
La Grue cendrée (Kraniche, Crane, Grus grus) est l'un des plus grands oiseaux d'Europe, avec une envergure de 2 m et un poids de 4 à 6 kg.
Protégée en France depuis 1967
Vitesse de vol : 40 à 80 km/h (elle peut donc traverser la France en moins d’une journée)
Altitude de vol : de 200 à 1500m
Population ouest-européenne : 160 000 individus
Population européenne totale : 300 000 individus
20 pays accueillent les Grues nicheuses, en ordre d'importance décroissante : Russie, Finlande, Suède, Pologne, Allemagne, Norvège, Lettonie, Estonie, Biélorussie, Lituanie, Ukraine, Turquie, Danemark, Arménie, République Tchèque, Géorgie, Grande-Bretagne, France, Roumanie et Pays-Bas.

Migration d'automne

Après l'élevage des jeunes, en août et septembre, des milliers de Grues se rassemblent sur l'île suédoise d'Öland. De là, elles gagnent la côte sud de la Mer Baltique l'île de Rügen et ses environs accueillent en octobre au moins 30.000 oiseaux, tandis que 15.000 autres stationnent plus à l'intérieur de l'Allemagne.

Un premier départ s'effectue vers la fin du mois et précède d'une à trois semaines la vague principale des migrateurs.

Fuyant l'arrivée du froid qui les empêche d'accéder à leur nourriture, plus de la moitié des Grues d'Europe occidentale passent en 2 ou 3 jours. Les autres suivent en décembre. La vitesse de vol varie de 40 à 70 km/h en fonction des vents et les déplacements s'effectuent de jour comme de nuit à des altitudes comprises entre 200 et 1.000 m (exceptionnellement jusqu'à plus de 4.000 m).

La migration d'automne
Selon les conditions météorologiques, une fraction plus ou moins importante des effectifs s'arrête dans le nord-est de la France (Lorraine et surtout Champagne) et dans le sud-ouest (Landes de Gascogne). La lagune espagnole de Gallocanta, dans la province de Saragosse, est la dernière étape avant la dispersion sur les grandes zones d'hivernage du sud-ouest du pays (Estrémadure). A l'exception de quelques milliers qui demeurent en France et d'autant poussant jusqu'au Maroc, la quasi-totalité des oiseaux séjournent tout l'hiver dans la péninsule ibérique.

Plus à l'est, une autre voie migratoire mène les Grues de la Finlande à la Tunisie et à l'Algérie en passant par la grande plaine hongroise.



3 commentaires:

anne.md a dit…

bonjour
j'habite en creuse, en plein sous un couloir de migration des grues
c'est toujours un spectacle sonore et visuel impressionnant !
cette année la migration s'est faite sur une durée plus longue que ces 2 dernières années
j'ai vu les premières à la mi-octobre et j'en ai vues encore le 14 novembre
anne

anne.md a dit…

des grues sont encore passées au-dessus du nord-est creuse aujourd'hui 23 novembre !

Yves d'Oléocène a dit…

Vu (et entendu !!) plusieurs centaines de grues au dessus de Guéret le lundi 24/11 vers 10h00, direction sud, elles ont pris un virage vers le sud-ouest au dessus des monts de Guéret.