vendredi 26 mars 2010

et hop, un peu d'orge, encore


juste un grand carré... la motivation et l'énergie ne sont pas les mêmes en situation "simulée" qu'en situation "réelle" :-)
pour profiter de la pluie j'ai rapidement semé encore un carré d'orge ; l'avoine c'est pour demain. ils se rajoutent à celui de seigle semé en automne (ci-dessus).
je fais pour me faire la main et pour la magie de voir pousser des céréales, car si je voulais être autosuffisant il me faudrait faire bien plus de surfaces...

et le résulat est toujours fait de suspense, compte tenu par exemple de l'appétit des campagnols... surtout durant les semaines d'été où le grain doit mûrir : ils ont tout loisir à venir se servir et engranger... on verra, car ce n'est pas tous les ans pareil...


j'ai semé assez dru... car les rongeurs et les oiseaux sont intéressés dès le semis : mais qui n'aimerait pas les graines germées... ou le jus d'herbe d'orge... ?
(ici avant couverture des lignes au moyen d'un râteau).

sinon le printemps c'est un peu l'époque des surprises : on surveille tout ce qui a survécu et qui revient tout seul... et on dorlote alors ce qui est particulièrement intéressant comme ce joli radis noir qui fera, à la fin de l'été, plein de semences... mais pour l'année prochaine, seulement... bien que... tiens... on devrait presque pouvoir les utiliser tout de suite... la nature les fait bien tomber à ce moment là... pas sûr du tout : les capsules du radis sont très solides et pourraient même passer l'hiver sur le pied s'il ne tombe pas trop...

7 commentaires:

tutterfrut a dit…

Chez moi il y a aussi des radis noirs qui ont survecu l'hiver. Comme des poireaux, sellerie, choux de bruxelles, carottes, mache, broccoli et épinard.
C'était ma première année comme apprentis-jardinier et j'essaye alors de bien observer et d'apprendre. Je laisse pour l'instant
tout ce que la nature a laissé survivre et verra alors ce qui se passe. Grace à ton blog je sais maintenant que les radis noir me donnerez des semences. Les poireaux aussi si j'ai bien compris.(même s'ils ont l'air de jeunes petits poireaux)
Les patates que j'avais gardé dans la cave trop chaude et qui avait des tiges de plus d'un mètre, mais qui avaient l'air saine,là j'ai coupé les tiges et je les ai planté hier.
Heureusement, je ne suis pas encore obligé d'en pouvoir survivre, alors
je peu encore m'amuser et faire pleine d'érreurs et d'observations.
Merci encore, Geispe, pour l'inspiration!

colibri a dit…

Oui, il est vraiment génial, ton blog, Geispe, je viens souvent, et depuis deux jours, je le fais en long et en large car je n'arrive pas à identifier une plante sur mon blog. Comme je sais que tu connais tout plein de choses, que tu prends beaucoup de photos, j'espérais un peu trouver ici. Si tu peux jeter un coup d'oeil sur "belles, sauvages et plus...", il y a un billet du 15 mars "qu'est-ce que c'est", avec des photos d'une plante qui a envahi le bois à côté de chez moi, mais à ce stade de végétation, je n'arrive pas à la trouver dans les livres... Mille mercis d'avance, si tu peux prendre le temps, sinon j'attendrai qu'elle fleurisse, on y verra mieux ! Bon week-end à vous, ça y est, c'est parti pour le grand jardinage partout !!!

Les RG a dit…

On sème pour la première fois un mélange de graines pour canaris sur notre terrain, pour les oiseaux "sauvages".

Et pour nous des fèves et on aimerait bien planter du papyrus souchet, aux tubercules (?)comestibles.

Si quelqu'un peut nous indiquer un fournisseur de graines bios pour volailles, merci ! (assrg@neuf.fr)

geispe a dit…

les graines pour oiseaux viennent assez bien, le problème étant qu'à maturité elles vont tomber de sorte que la période où elles sont disponibles pour les oiseaux est assez brève : elles peuvent aussi intéresser les petits rongeurs...
pour bien faire il faudrait les récolter et les stocker pour les donner aux oiseaux comme nourriture ensuite, je pense. mais çà dépend de ce que l'on en attend.
souchet jamais essayé. graines pour volailles çà dépend lesquelles : en général du blé... pour cela essayer de trouver un paysan bio dans le coin... on peut bien sûr le cultiver mais ç'est là qu'on se rend compre que ce n'est pas évident...

geispe a dit…

Colibri : joli, ton blog et tes photos... la plante... ben je ne sais pas non plus, il n'y a pas de çà chez moi... reste - si tu ne trouves pas avant - à déterminer lorsque çà fleurira... attendons...:-)

Tutterfrut : très intéressant tout ce qui revient chez toi, dis-donc...car çà va te faire plein de semences si tu arrives à mener au bout... en fait il s'agit surtout de tuteurer pour que çà ne s'écroule pas... (sauf la mâche par exemple : parfois je la laisse simplement se ressemer sur place).
les pommes de terre si nécessaire j'enlève juste les germes trop longs... j'attends encore un peu qu'il fasse plus doux pour les planter car elles ont besoin de chaleur pour démarrer... mais le seul risque si on plante précocement est qu'en cas de gel tardif les premières pousses gèlent (mais elles reviennent après) ou encore que les campagnols mangent les pommes de terre plantées...

colibri a dit…

Mille mercis, Geispe, je te tiendrai au courant quand elle aura fleuri ! Dure, dure, la vie de(s) sauvages !

Hélios a dit…

Bonjour Geispe, toujours très sympa à visiter ton blog.
Pour Colibri, les plantes mystère me semblent être de jeunes bourraches. Il suffira d'attendre la floraison bleue si c'est bien ça. J'en ai plein mon potager et elles se ressèment partout. Très bon farcies les feuilles !
Sinon, sur le site de François Couplan tu pourras sûrement l'identifier.