mercredi 5 septembre 2012

on rencontre souvent des orvets, en travaillant le jardin ; ils sont surtout dans les tas de compost...




romarin à sécher... certaines belles branches seront bouturées, pour avoir de la réserve...

la récolte des haricots secs peut doucement commencer...




cuivré, robert le diable et piéride, aiment bien les asters d'automne...






la renouée liseron est une jolie liane à feuilles de liseron : elle peut devenir assez volumineuse lorsqu'elle grimpe sur les grillages ou sur les autres plantes... ses graines sont comestibles, puisqu'elle est de la famille des sarrasins, mais elles sont vraiment très petites...






je ramasse toujours un peu de setaria : il y en a pas mal, mais il en faudrait vraiment beaucoup... et de la patience... pour en avoir de grosses quantités...
on peut en faire de la farine à mélanger comme on veut en guise de farine...





setaria mûrit assez irrégulièrement de sorte qu'il faut passer plusieurs fois et arriver à repérer les épis mûrs... mais avec l'habitude çà marche assez bien... beaucoup de grains tombent aussi au sol, reproduisant alors massivement cette "mauvaise herbe"...



les courges commencent aussi à être bien grosses : les graines seront récupérées (pour les oiseaux ou pour ressemer) au moment de l'utilisation... ce qui peut aller jusqu'au début de l'année prochaine car elles se gardent très bien...

 nous avons aussi commencé à récolter les épis de maïs qui sont secs et mûrs... l'année passé je n'en avais pas car les plantules s'étaient toutes fait manger... mais cette année le maïs est assez bien venu...



celui-ci s'est effondré sous les haricots... j'ai mis un tuteur afin qu'ils continuent de grimper à côté...

et toujours du bois... l'hiver peut être froid et long... :-)



une vieille souche sert de chevalet pour scier de longs morceaux...

deux arbres à écartement adapté peuvent servir à casser le bois mort qui n'est pas trop gros...
un ancien du village m'a raconté qu'il faisait ainsi dans son enfance : les jours où il n'y avait pas école, les enfants de plusieurs familles allaient ensemble, chaque fratrie avec sa charrette, ramasser du bois mort... les petits groupes faisaient ainsi facilement les quatre kilomètres depuis le village jusque chez nous et même plus... et ramassaient le bois trouvé en route...
c'était à celui qui arrivait le premier de courir le prendre : mais il y en avait beaucoup et il n'y a jamais eu de différend pour récupérer les branches de bois mort... c'était une agréable activité de groupe...
on rentrait à la fin avec des charrettes bien chargées...
on n' emportait pas de scie, sauf quand on allait dans les sapins... car eux comportent des tas de petites branches qu'il est difficile d'enlever à la main...





12 commentaires:

Scorpion a dit…

Je suis tombé sur ta page, puis j'ai lu ton profil et je me suis dit : "ce gars là il est taillé pour Kohlanta"! Je pense aussi tout comme toi que ce mode de vie à la robinson est notre passé et bientot notre future... c'est cyclique presque scientifique ;-)

Anonyme a dit…

Merci encore pour toutes ces infos, ces petites histoires, je passe régulièrement vous lire (et regarder vos magnifiques photos) et c'est toujours un plaisir!
Nancy (de Belgique)

Anonyme a dit…

Bonjour (de Meuse,pas trés loin ;-))
De mon coté,votre blog est naturellement dans mes favoris,depuis quelques mois seulement mais il m'est devenu un "incontournable",de trés belles photos,articles toujours intéréssants.
"Serpent de verre" dit-on dans ma contré pour un orvet,je sais pas si ce terme est utilisé par chez vous..
A propos du bois de chauffage,je vous ai donné,il y a quelques semaines une recommandation (erroné!) concernant les lames de scie,maintenant je suis sûr:il existe un type de lame sur la scie commune,différent,dite "americaine",elle comporte de petites gorges a la suite des dents qui semblent avoir fonction d'evacuer la sciure ou copeaux,la lame "descend" bien mieux je le sais pour avoir utiliser les deux genres et fais mon choix :-)
Peut-être pouvez vous me dire a propos de sciage de bois a la main:pour quelle raison(aller trop vite?incliner la scie?tirer ou pousser en appuyant la scie au mauvais moment?),quand je coupe un rondin de diametre assez important 15 cms et empirant au delà,le sciage accompli part immanquablement de travers!?(je me suis lancé un defi sur un hêtre de 42 cms de diamétre..je vous raconte pas le temps passé a debiter!Hêtre abattu et marqué,et abandonner,pourrissant,je me demande s'il y a pas de la gabegie à l'ONF parfois..)
Au plaisir.
Dominique.

geispe a dit…

oui je connais le terme serpent de verre, pas très utilisé, effectivement : je pense qu'il vient du fait que si l'on saisit l'orvet à l'arrière (il faut le tenir toujours par l'avant du corps) celui-ci se casse et perd facilement sa queue. en fait c'est un mécanisme prévu pour qu'il puisse s'échapper s'il est attrapé par un prédateur... en alsacien par contre l'orvet s'appelle "Blindschlicher" ce qui veut dire "aveugle rampant"... cela vient de l'allemand, qui eux, expliquent que cela pourrait être une traduction déformée de "Blinkschleiche" qui rampe et clignote... du fait du brillant (pourquoi pas en verre) de l'orvet lorsqu'il se faufile et disparaît dans les herbes... à l'époque ces derniers l'appelaient parfois aussi "ver dur" :-)
pour scier j'utilise les lames américaines pour du bois plutôt vert ou pas trop sec et les lames à petites dentures traditionnelles pour du bois sec. les américaines ont tendance à accrocher si le bois est trop dur ou de diamètre trop petit.
la scie qui dévie je connais aussi... :-) çà ne dérange pas vraiment si c'est pour du bois de chauffage mais c'est plus gênant si on veut faire une coupe exacte. mais même pour du bois de chauffage c'est agaçant car le trajet est plus long si l'on scie en biais et cela fait donc plus de travail...
diverses raisons, je crois bien : la lame de scie n'est pas assez tendue... la scie a reçu un choc - parfois les scies de moindre qualité moins solides - dévient et les deux extrémités ne sont plus dans un parfait alignement même parfois de façon imperceptible... ou encore si le bois à scier est trop gros... (les scies à bûche du commerce ne sont pas faites pour du gros bois, les lames étant trop fines et étroites) j'utilise alors de grosses scies anciennes dont les lames sont bien plus larges et donc "se guident" mieux (5cm ou même 15 cm pour un genre de passe-partout que l'on peut quand même encore manier à une personne...)
les scies des charpentiers sont généralement à lames plus larges afin de ne pas dévier et pouvoir faire une coupe exacte.
pour du 42cm il vaudrait mieux effectivement avoir une scie plus grosse : elle scie plus vite et sans dévier...
il y a effectivement beaucoup de bois "oublié" vu la masse des bois coupés... notre forestier nous a proposé plusieurs troncs "oubliés" par l'industriel qui les a achetés à deux pas de chez nous : ils vont finir par pourrir mais tant pis ils donneront des pleurotes... et sinon du terreau... ils seraient trop fastidieux à débiter à la main alors que la forêt est pleine de bois plus petit et plus agréable à scier...

Tilia a dit…

C'est toujours un plaisir de venir visiter votre autarcie. On y apprend plein de choses intéressantes, depuis la manière de casser le bois mort jusqu'à l'étymologie de l'orvet en alsacien et en allemand (j'ai des ancêtres alsaciens, mais je ne parle malheureusement pas un mot de cette langue), en passant par de charmants souvenirs d'enfance. Merci pour le temps passé à concocter tous vos billets si bien illustrés.

Anonyme a dit…

Merci de ces informations Geispe,j'aime bien le "ver dur" concernant nos amis les orvets :-)
Je vais essayer de me trouver un passe partout de petite taille,j'y avais déja songer.
Le petit bois (on l'appelle charbonnette chez les bûcherons) a un "inconvénient" que vous devez connaitre:il "tient pas le feu",du moins,moins longtemps qu'un morceau plus conséquent.
Je voudrais mettre vos talents d'entomologiste a l'epreuve si vous permettez :-):
J'ai constaté quelque chose d'étonnant dans les morceaux de hêtre que j'ai scié puis fendu(je croyais ce bois sec et non pourri mais c'est le contraire presque,il est rester humide(eau?séve?),encore trés dur mais allant vers pourrissement naturel)et malgré sa dureté des larves d'insecte sont visibles au coeur du bois!?Un aspect amusant de ce "phénoméne" est que bon nombre de galeries prennent a certains endroits l'aspect de l'illustration d'une balafre en bande dessinée(caracteristique de points de couture:-))
Existe t il un xylophage propre au hêtre?
Au plaisir de parcourir votre blog Geispe.
Dominique.

geispe a dit…

vrai que le bois de charbonnette - donc de diamètre plus petit - ne tient pas trop longtemps, mais si on n'est pas loin çà ne dérange pas trop d'approvisionner de petites doses régulièrement...

j'avais parlé là des scies grand modèle que j'utilise :
http://monotarcie.blogspot.fr/2010/11/au-bois.html

et pour l'insecte il semble effectivement qu'il s'agisse d'une larve qui parasite le hêtre mort...
mais je ne sais pas laquelle précisément.
çà ressemble un peu à çà ?
http://monotarcie.blogspot.fr/2009/12/je-me-sens-observe.html

véro a dit…

Bonjour!
Je passe régulièrement chez vous rêver un peu...
Merci !
J'ai aussi des orvets dans mon jardin, mais je n'ose pas les toucher. J'essaie juste de les différencier, mâle couleur uniforme, femelle avec des rayures brunes sur le côté. J'ai baptisé le mâle Oscar, pour la femelle je n'ai pas encore trouvé de nom adéquat. Ils adorent les escargots, pas trop gros, surtout les rayés !!!

Véro du blog "cuisine sauvage"

Anonyme a dit…

Salutation Geispe
La grosse scie de forme classique que vous utilisez me semble idéale pour des gros morceaux de bois!J'ai agrandi la photo et je ne vois pas de systéme de tension de la lame,ce qui pourrait signifier que la rigidité du manche suffit a la maintenir..
Oui c'est les mêmes empreintes que j'ai vu que sur vos photos,avec le côté artistique en plus pour vous,étonnantes,avec une touche humoristique :-)
Amitié.
Dominique.

geispe a dit…

j'ai rajouté dans mon lien ci-dessus une photo montrant le système de tension de la lame, au moyen d'une manette qui fait levier, un peu comme les scie d'aujourd'hui...
peut-être en trouve-t-on encore dans les brocantes ? celle-ci m'a été proposée par un gitan brocanteur - une connaissance - qui savait que çà m'intéresse...

geispe a dit…

Véro, les orvets mangent-ils les escargots ? je pensais seulement aux limaçons car ils ne sauraient quoi faire avec la coquille, non ?
intéressant la différenciation mâle/femelle... je m'étais déjà posé la question... :-)

ambleure . a dit…

Merci Geipse pour ce très joli et complet blog.
Je m'apprête à retourner dans le calme de la campagne après avoir vécu en ville un bon nombre d'années, et vous semblez posséder une mine d'informations intarissable sur la faune et la flore qui nous y entoure.
Avec du rêve, de la poésie et une grande simplicité de vie ajoutés à tout ça.
Malheureusement ma connexion à Internet est relativement lente, mais avec un peu de patience ... Je vais prendre le temps de lire plus en détail l'ensemble de vos articles.
Bien naturellement,