mardi 5 mars 2013

c'est parti !

journée printanière, aujourd'hui avec effectivement la première bergeronnette des ruisseaux ... dans les aulnes ... au bord du ruisseau...
dolomedes et araignées loup sont sorties de leurs refuges, pas mal de mouches et moucherons divers volent, aussi...
je pense qu'ils retourneront aux abris si çà refroidit parce que bien sûr le printemps n'est pas encore acquis....
mais les premiers frissons sont encourageants...






















pas froid, la scrofulaire ailée... cet hiver, grâce à ses pieds dans le ruisseau...














espérons que les fleurs du noisetier ne seront pas trop malmenées par les coups de gel...

 ce n'est pas un E.T. mais une tige de balsamine de l'Himalaya qui s'est cassée...

je l'ai dérangé, sur sa charrette dans la grange, pendant sa sieste, le temps de quelques portraits...





les troncs transportés par les grumiers sont parfois trèèèèès longs : leurs camions sont pour cela pourvus d'un système qui fait tourner automatiquement aussi les roues arrières - partie autonome, afin de pouvoir prendre les virages...




je n'ai pas résisté et j'ai semé un peu d'avoine nue : trois grandes lignes de mes semences à moi et trois autres à côté - avoine nue du commerce - pour pouvoir comparer...


5 commentaires:

Silva a dit…

Magnifique, le chat!
Impressionnants , les troncs d'arbre sur le camion .
Ca fait du bien de voir la nature s'éveiller . Cet hiver a été particulièrement long , gris et triste . On a tous grand besoin de revoir le soleil!

gafette a dit…

oui vive le soleil!
Cela fait du bien au moral!
Oh le chat n'a pas trop de noeuds au changement de poil?

geispe a dit…

pas vraiment de problème, non : il s'auto-entretient assez bien lui-même et sinon, en saison un coup de brosse...

Emmanuelle Nordman a dit…

Bravo pour ce blog.
Serait-il possible d'un savoir un peu plus sur ta façon de cultiver l'avoine :
Où trouver de bonne graines d'avoine ? Quand les semer et comment entretenir la culture jusqu'à la récolte.
Ce serait génial si j'avais une réponse.
Merçi !
Notre site labelledecouverte.fr

geispe a dit…

mon semis était déjà mal parti dès le lendemain car après avoir bien ratissé j'ai retrouvé mes six lignes qui avaient été toutes grattées et une bonne partie de mon semis probablement picoré par des pinsons ou autres granivores de passage en cette période de migration... je me suis rappelé ensuite que cela m'est déjà arrivé et que la solution est surtout de bien damer, ce que j'ai omis de faire, là... éventuellement aussi couvrir d'un peu de mulch quelconque car les passereaux savent immédiatement reconnaître une plate-bande qui vient d'être travaillée et donc contient des semences... mais tout cela dépend peut-être aussi des endroits et de la région.
je compte donc rajouter du semis voire recommencer l'opération... comme j'ai démarré tôt j'attends quand même un peu pour voir si quelque chose lève.
pour les graines j'ai pris des graines récoltées l'an passé, mais aussi pour tester la différence, des grains d'avoine nue du commerce bio, simplement...
l'avoine nue m'intéresse parce qu'elle n'a pas d'enveloppe et peut donc simplement se battre. c'est un grain tendre qui est agréable à manger cru une fois passé dans un moulin pour l'écraser et en faire une sorte de flocon (pas tout à fait pareil, cependant, les flocons du commerce étant généralement passés à la vapeur pour qu'ils tiennent ensemble et ne se réduisent pas trop en farine)
mes résultats ne sont pas mirobolants pour l'instant, et se limitent à de petites quantités que je ressème...
l'avoine nue est assez délicate à faire pousser (plus difficile que l'avoine des chevaux connue des paysans) et je suis dans un environnement qui n'est pas propice. (c'est plutôt le seigle chez moi en sol froid sablonneux et montagneux)
çà se sème au printemps - zéro entretien si ce n'est les grosses mauvaises herbes le cas échéant...