vendredi 6 juin 2014

un peu de tout

la nuit était encore froide, avec seulement trois degrés, sur le thermomètre du jardin tôt ce matin...
beaucoup de limaces... mais pas vraiment de dégâts... il faut dire que je ne cultive plus de choses trop sensibles. en plus cette saison comme j'ai pas mal d'autres intérêts et préoccupations je me limite surtout aux "basiques" comme pommes de terre, pois, haricots, cucurbitacées, ainsi que toutes les vivaces "qui viennent toutes seules"...
il y a tellement de pommes de terre qu'elles peuvent en manger un peu... et il n'y a pas partout autant de limaces, là c'est apparemment juste le club... :-)

j'expérimente et ne leur cours plus après : elles sont revenues cette année après avoir été absentes durant deux ou trois ans... donc je suppose qu'elles redisparaîtront de la même façon...
je leur laisse à disposition des tas de compost en divers endroits et plein de "mauvaises herbes" sur le chemin, résultat de mes désherbages de ce qui devient trop volumineux...



























thym citronné,


je garde momentanément le toutou de mon fils : une gentille mamie d'une dizaine d'années...



































j'avais acheté un jour une sorte d'asters... plantés dans le jardin ils ont l'air de repousser, mais pas sûr qu'ils tiendront un hiver froid...


le jars mue et perds ses plumes : du coup il est très prudent (car il ne peut momentanément plus voler) alors soit il se cache au fond de la grange, soit il squatte l'étang qu'il ne quitte pas... même la nuit...






une mouche de la famille des tachinaires, avec sa pupille allongée sur l'abdomen et sa position particulière...





























petites étoiles du gaillet,



épiaire des bois,














 fatiguée...




un peu en retard, mais ils arrivent, courgettes et potimarrons...

un rond de haricots qui attend sa perche pour y grimper...


trois ou quatre jeunes couleuvres à collier, aujourd'hui, sous la cache : il faut faire très vite, pour une photo car contrairement aux orvets qui continuent un moment de somnoler ou d'observer, si on y regarde, les couleuvres sont très farouches et détalent très vite au bout de quelques secondes. là elles n'ont pas bougé, à condition que je repose le toit immédiatement...














Flicka observe ce que je fais...


2 commentaires:

Hom DBois a dit…

Quand elle s'assied et regarde le chemin, ce n'est pas "fatiguée", c'est plutôt "bon, alors, on continue ?"
Elle a l'habitude d'avaler sans problème les kilomètres lors de promenades à vélo ! ;)

geispe a dit…

mais là elle était bizarre et voulait retourner à la maison : mais du coup je crois qu'elle avait peur que le patron revienne et qu'elle ne soit pas là... :-)