mardi 27 janvier 2009

liens de ronce

c'est maintenant qu'on les confectionne... à vrai dire ce ne sont pas de vrais liens comme des ficelles, mais plutôt des bandes d'écorce de ronce assez rigides qui vont permettre de tresser de petits paniers. (comme avec de l'osier, la différence étant que c'est une bande toute plate. on en faisait surtout les liens enroulés autour d'un boyau de paille de seigle pour en confectionner les ruches anciennes en paille... ou faire des panetons...)

il faut aller couper les grosses pousses ou lianes de la ronce sauvage : prendre les plus grandes pour arriver à en faire des bandes d'une certaine longueur...
ensuite il faut enlever les épines : on peut le faire avec de gros gants en cuir mais aussi en frottant la liane avec un ustensile ou un couteau... attention çà pique.

la liane de ronce présente une section sous forme de cinq angles et faces : elle n'est pas ronde.




j'ai trouvé différents renseignements pour la coupe tout en longueur de cette liane de ronce : certains disent ne pouvoir en tirer que deux bandes, d'autres quatre et un autre cinq... probablement selon l'adresse mais aussi l'épaisseur et la texture de notre liane...
grande prudence et petit couteau pointu ou recourbé : attention de ne pas se blesser car les tiges de ronce peuvent être assez dures et il faut être adroit et patient pour les couper tout en longueur sans dévier...
on peut aussi simplement commencer par faire un essai avec un morceau de 20 ou 30cm pour voir ce que çà donne et comment on fait... le plus simple me semble de couper en quatre et de rogner à la fin les bords des bandes ainsi obtenues, pour avoir un lien régulier plat d'environ 7mm de largeur.







ces lanières ainsi obtenues comportent sur leur face interne de la moelle qu'il faudra gratter, racler avec le couteau ou un autre objet métallique.
on peut par la suite ajuster et par endroits couper les côtés pour en faite une bande d'une largeur uniforme si elle est irrégulière...






cette bande reste flexible quelques semaines mais sèche ensuite : il faudrait donc l'utiliser assez rapidement car ensuite elle devient cassante. je ne sais pas si comme l'osier on peut la remouiller une fois sèche, en l'immergeant dans l'eau : probablement, mais il faudrait essayer...



détail d'une ruche en paille... (que j'ai achetée il y a un moment pour y faire tomber les essaims) je ne suis pas sûr que les liens enroulés autour des boudins de paille ce soit de la ronce - çà m'a l'air d'un substitut importé - mais la ronce ressemble tout à fait.

14 commentaires:

betty a dit…

je vien de trouver votre blog que vous avez de la chance de vivre comme ça c'est mon réve mais comme tout les réves cela m'étonnerai qu'il se réalise votre blog est super je voudrai savoir connaitre les plantes comme vous mais ce n'est pas le cas j'essaie de ne consommer que du bio mais ce n'est pas évident je n'ai pas de biocoop prés de chez moi encore mercie a vous deux pour ce merveilleux blog et a bientot

witch of daffodils a dit…

Votre blog est simplement merveilleux, et vos photos magnifiques!

autarcie=αυτάρκεια, c'est un mot grec :)

Djoz a dit…

J'ignorais qu'il y avait une saison pour travailler les liens de ronce. Merci pour ton post. Je vais m'y entraîner.

Geispe a dit…

je n'ai jamais essayé l'été mais je pense que çà risque d'être moins solide si la liane est en train de pousser et contient plein de sève... un peu comme l'osier aussi, d'ailleurs...
il me semble aussi que les longues lianes de la ronce sont souvent le résultat de la croissance d'une saison... peut-être faut-il d'ailleurs distinguer les récentes des anciennes, les secondes étant plus dures et comportant plein de branches qui peuvent être gênantes...

Djoz a dit…

Je connais un papi qui fabrique des paillassous et des ruches tressées. Je lui poserai la question quant-à la conservation des lianes et je te donnerai son avis.

Geispe a dit…

ah oui ce serait très intéressant... même de voir ce qu'il fait, aussi... en matière de ruche par exemple...

Djoz a dit…

Il a reproduit à l'échelle exacte et en paille de seigle, des dizaines de ruches d'après celles qu'il a pu voir dans les musées et chez les gens. Je le connais depuis peu. Il était venu me voir (je travaille dans une bibliothèque) pour que je recherche l'appellation locale de ces ruches. Je lui ai proposé les branches des saules têtards du jardin de mon père et j'ai demandé l'autorisation de voir son atelier.
Il explique avec plaisir son travail. S'il me laisse prendre quelques photos, je te ferai signe. S'il acceptait de m'enseigner, ce serait un pur bonheur.

Geispe a dit…

effectivement... çà ne doit pas être simple de trouver la bonne paille de seigle, en plus...
j'ai aussi quelques modèles de ruches anciennes en paille dans un bouquin de Mathias Thun "L'abeille, conduite et soins" (en biodynamie) si çà intéresse je peux scanner éventuellement.

Djoz a dit…

Arh ! Mon commentaire s'est perdu ! Je disais que ce serait avec plaisir que je lui transmettrais de nouveaux modèles si tu peux en scanner. Malgré que ces ruches soient tombées en désuétude (leur miel est interdit à la commercialisation), les gens les recherchent pour leur consommation personnelle (particulièrement les apiculteurs). Plus nous pourrons donner de précisions, plus les gens s'y intéresseront.

Tis a dit…

Pierre, un vannier tourangeau, s'est fabriqué un support pour pouvoir lever les 5 brins d'une tige de ronce. On peut le voir ici sur le blog de Didier qui fourmille d'infos sur la vannerie : http://lvs2.free.fr
Ce serait en effet aussi une bonne idée de consacrer un article aux ruches anciennes.

Geispe a dit…

oh, effectivement on y a pensé... il l'apparemment fait... dommage qu'on ne voit pas en détail l'outil qui doit être un cutter de juste 5mm pour s'enfoncer juste ce qu'il faut ? mais je vais regarder çà de plus près... merci !

Geispe a dit…

ah je n'avais pas compris le "rail" basique qui sert probablement à guider et maintenir... pas mal... du tout... :-)
l'autre truc ingénieux... c'est l'utilisation du jonc : la paille de seigle est quasiment introuvable à moins de la faire soi-même mais je m'étais déjà demandé comment utiliser les joncs qui poussent presque partout ici...

LudmilaK a dit…

Bonjour,

Je me présente rapidement : Liudmila Klinova, je m'occupe de l'éditorial du site http://commentfaiton.com, site créé il y a un an environ et dont le référencement et le trafic sont déjà très bons.

Nous recherchons des rédacteurs qualifiés, prêts à partager leurs expériences avec tous les internautes, sous forme de questions réponses. J'ai beaucoup apprécié la qualité de votre blog et ai pensé à vous, entre autres, pour nos rubriques «Maison, jardin, bricolage» .

Ce que vous avez à y gagner ? Un lien vers votre blog depuis la page de votre compte et aussi une rémunération (3€ par question-réponse rédigée). La collaboration est occasionnelle, tous nos contrats s'expriment quantitativement et la rédaction des questions réponses n'est pas limitée par le temps. Donc le temps pour rédiger des articles dépend entièrement de vos disponibilités.

Pour en savoir plus: http://www.commentfaiton.com/a_propos/devenir_redacteur

Qu'en pensez vous ?

Vous pouvez dès à présent créer votre compte sur le site http://www.commentfaiton.com/membre/index/1, la procédure est très simple.

Merci en retour de me faire part de votre pseudo à l'adresse redacteur@finemedia.fr afin que je vous identifie et envoie de plus amples informations.

N'hésitez cependant pas à me contacter en cas de doute.

Cordialement
Liudmila Klinova
redacteur@finemedia.fr
FineMedia

Djoz a dit…

Je reviens par chez toi pour partager ce que j'ai appris aujourd'hui chez le papi qui travaille la paille tressée, liée avec les lianes de ronce...
Concernant les ruches, il faudra attendre leur exposition prochaine à la Maison du patrimoine de ma ville pour que je puisse en montrer les photos. Je te recontacterai alors...
En attendant, je t'invite à voir par là si ça peut t'être utile : http://temperance-oc.blogspot.com/2009/02/latelier-dadrien.html
Cordialement, et tout et tout..