samedi 1 mars 2008

aie... deux ruches en moins...

mes deux ruches horizontales ont péri cet hiver qui pourtant n'en était pas...
la première je m'en doutais un peu car je ne voyais pas grande activité. pour la seconde il y avait pas mal de va et vient mais comme les abeilles n'entraient pas de pollen... (ce qu'elles devraient faire à cette époque) j'ai fini par ouvrir tout çà quand il faisait suffisamment chaud : la première contenait encore trois kg de miel environ que j'ai récupéré... mais quelques cadavres d'abeilles et la seconde était parfaitement nettoyée : plus rien sauf ... quelques feuilles mortes au fond... les allées et venues, c'était en fait des pilleuses...
nid de rongeurs ? en tous cas il y a eu intrusion et pourtant j'ai remesuré l'ouverture qui ne fait pas plus de 8mm ! je vais rapetisser encore un peu, du coup... je ne comprends d'ailleurs pas comment un rongeur a pu entrer... le seul que je vois c'est éventuellement une petite musaraigne ou un rat des moissons car les mulots sont trop gros...
ce qui est bizarre c'est qu'il n'y avait pratiquement pas de cadavres d'abeilles dans les ruches : soit les abeilles vivantes ou mortes ont été mangées, (mais souvent il reste alors plein de débris) soit elle n'ont pas réintégré la ruche à un moment ou un autre... la reine peut aussi ne plus pondre ou disparaître... il faut dire que c'était un peu par erreur mon "plus mauvais emplacement" à l'ombre et au froid longtemps le matin... les abeilles sortaient une ou deux heures après les autres, en général...
il faut savoir que chez nous dans les endroits où le soleil vient tardivement en hiver il fait froid et humide... on est comme dans le haut d'un frigidaire ou parfois carrément dans l'azote liquide :-)...

ben je vais nettoyer tout çà (un peu car l'odeur et de la cire doivent y rester pour inviter de nouvelles locataires) puis les poser à un endroit bien plus hospitalier... j'y réinstalle un essaim ce printemps... ou avec un peu de chance il en viendra un tout seul... les ruches que j'ai encore essaiment bien en général : faudra juste que je surveille un peu mieux que l'année passée, si je veux récupérer les essaims...

il me reste trois autres ruches qui "tournent" très bien pour l'instant.
ce sont des ruches assez différentes et je me suis demandé si cela pouvait avoir quelque chose à voir : ruches hautes (pourtant l'une est vieille et pourrie et souvent squattée (à l'extérieur) par des mulots (photo) se porte bien depuis de longues années, et les deux autres - caisses en forme de ruches troncs verticales (mais pas pratiques pour retirer du miel, je trouve) sont ouvertes et grillagées en-dessous : toutefois fermées par une planchette coulissante en hiver à cause du froid...


ils étaient trop mignons pour les trucider : l'air de se réveiller en se demandant qui les dérange : une famille de mulots dans un nid où j'en trouve de temps en temps, sous le toit d'une de mes ruches. apparemment ils ne touchent pas la ruche dont l'entrée et trop étroite, mais la ruche étant dans mon potager... ce sont quand même des mangeurs de noisettes et racines qu'il faut tenir à l'oeil. moins destructeurs que les campagnols toutefois.
l'espace sous le toit de la ruche résulte du fait que le toit n'est pas parfaitement adapté au corps de la ruche : c'est le genre de problème que l'on peut rencontrer quand on bricole avec divers matériels de récupération qui ne correspondent alors pas tout à fait du point de vue des dimensions...

pour ce qui est de l'abeille il semblerait que notre abeille domestique ne soit pas du tout la même qui était répandue dans les époques anciennes : l'abeille actuelle est une abeille qui fait de grandes populations dans des ruches qui ont pratiquement doublé voire triplé de volume. L'ancienne variété qui fait des populations plus petite mais qui semble plus résistante, est encore très présente dans les pays où les ruches ne sont pas devenues "géantes" pour des raisons de rentabilité.

15 commentaires:

Anonyme a dit…

salut!
c'est triste pour tes ruches!
A quelle distance sont elles de ta maison? J'envisage d'en installer mais je me demande à quelle distance je peut les mettre, car un chien et un chat et des enfants aussi.
A plus!

Geispe a dit…

le potager est devant la maison et la ruche la plus proche se trouve à environ 30m de la maison...
ce à quoi il faut veiller c'est ne pas installer une ruche dans des endroits ou l'on circule régulièrement - chiens et chats ne craignent pas mais une personne qui est obligée de passer devant le trou de vol ou pas loin peut se faire attaquer. donc trou d'envol orienté vers là où on ne circule pas : chez moi ruche au bout du potager et envol vers l'arrière où il y a des prés. dans un parc à bétail il ne faut pas mettre de ruche.

Anonyme a dit…

merci pour l'info!
j'ai 4500 m2 de terrain et je suis perdue dans la campagne mais tout autour de mon terrain il y a des moutons de temps en temps. Pense tu que c'est génant? Sinon j'ai 5ha de bois pas loin de chez moi avec un petit ruisseau et je pensais y faire une petite clairiére pour les y installer. Qu'en penses tu? Au fait faut'il déclarer les ruches au cas ou accident lors de ceuillette de champignons par exemple.

Geispe a dit…

les moutons ne sont pas gênants s'ils ne sont pas confinés près des ruches... j'avais des biquettes, vache et cheval qui broutaient tout autour, mais en liberté, donc pas tout le temps collés à côté... ils se sont parfois fait piquer mais sans que çà prête à conséquence, dans la bouche, en broutant une abeille posée sur une fleur ou dans l'herbe, même pas forcément près de la ruche... :-)
tes deux endroits peuvent être intéressants, celui plus près ayant l'avantage que l'on peut regarder les abeilles si on aime, mais que l'on risque éventuellement une piqure si on travaille ou gesticule à proximité... me suis fait piquer en fauchant de l'herbe par exemple, et les plate-bandes du potager immédiatement à côté de la ruche je les travaille de préférence, si je bouge beaucoup, le matin ou le soir quand les abeilles ralentissent... parce que si on gesticule elles finissent quand même par être agacées, y compris par les vibrations que l'on fait sur le sol.
clairière et ruisseau serait pas mal surtout que l'on peut en mettre plusieurs, ce qui n'est quand même pas conseillé en plein dans son jardin, à moins que ce ne soit planqué dans un coin au fond... il faut en principe respecter aussi une certaine distance (quelques mètres) de la limite du voisin, et quelques 20m d'un chemin public. par contre proche de la lisière serait mieux car en pleine forêt c'est un peu fermé pour les abeilles et pas toujours trop de nourriture... mais çà dépend du type de forêt et de son épaisseur...
officiellement les ruches doivent être déclarées et on devrait avoir une assurance pour la responsabilité civile en cas de pépin... mais perso j'ai jamais fait... il faut dire que chez moi tout le terrain est privé et personne ne s'y aventure.
avoir des abeilles n'est pas trop délicat : dans les temps anciens elles étaient carrément dans les fermes, simplement parce que l'on n'arrivait pas à construire des ruches étanches aux intempéries et aux prédateurs : elles étaient en paille et placées sous le toit d'une grange à côté de la maison et parfois même dans la cour... ou alors il fallait vraiment construire un rucher en dur à l'extérieur.
chez moi une ruche qui n'est pas en matériau solide par exemple ne résisterait pas très longtemps aux renards, blaireaux, martres... et pics... (ce serait d'ailleurs un problème dans une autarcie sévère et il faudrait réinventer)
aujourd'hui avec les ruches bois couvertes de tôle c'est plus simple.
tu aurais peut-être intérêt à voir s'il y a des apiculteurs sympas par chez toi pour voir comment ils font... et quelles sont les habitudes du coin... : il y a aussi des associations mais elles sont variablement intéressantes selon l'état d'esprit de leurs membres...
j'ai souvent rencontré des gens qui avaient juste une calculette dans la tête :-) mais quelques sympas aussi et ouverts à d'autres méthodes...

Geispe a dit…

en fait un terrain de 45 ares c'est déjà grand et tu devrais aussi pouvoir installer l'une ou l'autre ruche dans un coin...

Anonyme a dit…

merci pour ces conseils; Il y des ruches pas loin de mon bois mais se sont des ruches à rayons classiques et j'aurais aimé des ruches tronc comme toi mais bon je peut toujours aller voir.
Moi bois améne à une lisiére ou il y a une grande prairie mais il y ades chevaux alors je sais pas trop. A qui doit-on déclarer la ruche?

Geispe a dit…

s'il y a des ruches pas loin il risque fort d'y avoir de l'essaimage au printemps, et si tu poses un ou deux "nichoirs à essaim" (donc une simple caisse avec une fente d'ouverture, et couvercle amovible dans le fond pour accéder) il n'est pas impossible qu'un essaim s'y installe au printemps. plus attirant si on arrive à y mettre une odeur de cire ou propolis en frottant les parois intérieures.
si c'est pour exploiter de façon traditionnelle il faut alors mettre à disposition des éclaireuses une ou deux ruches vides, avec quelques cadres.
en principe les ruches doivent être déclarées aux services vétérinaires du département, mais tu risques alors des contrôles sanitaires et je n'ai aucune idée sur leur façon de percevoir le "nichoir à abeilles" :-)
le fait qu'il y ait des chevaux dans un pré avoisinant ne gêne pas : faut juste que les chevaux ne puissent pas venir se gratter les fesses contre une ruche car ils peuvent alors la renverser :-)

Geispe a dit…

je crois que je vais faire une petite note technique sur l'idée de "nichoirs à abeilles" et je la publierai dans le blog.
à part des nichoirs pour des abeilles solitaires, je n'ai rien trouvé sur le net et pourtant il y a tous les printemps des milliers d'essaims qui partent à l'aventure et ont du mal à se loger : ce sont eux que l'on trouve dans les cheminées et derrière les volets...
on pourrait très bien mettre à leur disposition des "cavités artificielles" où elles sont bienvenues...

Anonyme a dit…

Je pense que c'est une bonne idée de faire un article dessus car je ne suis pas la seule à me poser des quetions dessus. En attendant de te lire, je te souhaite plein de bonnes choses!!!

Nicolas a dit…

tu as entendu parler du "bee colony collapse disorder" ?

parce que les symptomes ressemblent à ceux que tu décrit :
- ruche quasiment vide sans explication, quelques retardataire qui ne tiennent pas
- il reste des stocks de miel

http://en.wikipedia.org/wiki/Colony_Collapse_Disorder

actuellement on s'interroge toujours sur l'origine de la maladie (virus, pesticide... ?).

Dans le doute, si c'est un virus, la meilleure protection serait de maximiser la diversité génétique de tes ruches, donc récupérer des ruches d'essaimages divers...

Geispe a dit…

j'ai lu, à propos du collapse disorder, mais comme ce sont mes deux ruches les plus faibles qui ont péri je crois plutôt que c'est lié à cela... et l'environnement chez moi c'est vraiment la Sibérie pour les abeilles, en hiver... surtout beaucoup froid ce qui ne gênerait pas trop, mais en même temps extrêmement humide et grosses variations faisant condensation et çà elles aiment pas du tout... :-)
je touche du bois les trois ruches qui me restent se portent très bien. par contre je vais un peu plus m'appliquer à récupérer les essaims pour multiplier un max, plutôt que de les laisser filer... mais l'année passée j'ai pas eu trop le temps de surveiller.

cicero a dit…

Tu en as de la chance Geispe ...
Chez Cicero il y a 400cm de neige et il neige encore!!!
Je suis pas prêt de planté mon jardin cette année. On se croirait dans le Jours d'Après...

Geispe a dit…

effectivement, je vois que tu es au Québec, tandis qu'en Australie çà cuit... l'humanité entière va bientôt être "réfugié climatique"... sur Mars, peut-être ?

cicero a dit…

Et dire que d'habitude on sème les céréales d'europes au début avril... C'est pas demain la veille... Le climat est vraiement de plus en plus imprévisible... Un bel avenir avec le pic en prime...

Geispe a dit…

"céréales d'europe" c'est quoi ? blé de printemps ? ou autre chose encore ?