jeudi 15 novembre 2007

ruches et hivernation




aujourd'hui, comme il se met à faire nettement plus froid, j'ai vérifié l'étanchéité des ruches : le toit doit être parfaitement étanche (ce qui n'est pas toujours évident si l'on utilise du matériel de récupération) et l'intérieur doit être rendu inaccessible aux divers prédateurs ; et des prédateurs il y en a pas mal. Ces dernières années j'ai eu des ruches dévalisées par un blaireau, un autre bestiau probablement un mustélidé qui y est entré à la faveur d'un trou qu'y avait taillé un pic... et l'an dernier une ruche a été anéantie par une équipe de musaraignes.
J'ai par contre vu des cohabitations paisibles tout l'hiver avec des mulots : mais je me méfie quand même.
Il faut donc que le corps de la ruche soit en bon état et solide. Et l'entrée au niveau de la planche de vol doit être interdite à des rongeurs comme mulots, ou des insectivores comme la musaraigne... (l'ouverture doit être réduite au minimum et ne pas dépasser 8mm). Les abeilles étant au repos, en grappes, ne sont pas capables de se défendre durant l'hiver... et toute intrusion pourrait leur être fatale.

J'ai diverses ruches dont la plupart sans cadres à l'intérieur. L'idée était de laisser les abeilles construire à leur guise, et aussi de n'avoir pas à acheter trop de matériel. J'ai donc expérimenté la ruche-tronc provençale et la ruche-branche corse. Pour l'instant faute de tronc et branche creux j'ai reconstitué avec de grosses planches que j'avais en stock : en haut le modèle jadis utilisé en Corse jusque récemment parfois, et en bas la ruche-tronc de Provence (appelée aussi brusc) qui fonctionne selon le même principe mais est posée verticalement. L'accès se fait pour la première par l'arrière et pour la seconde par le haut. Je reviendrai plus tard sur la façon de les conduire : j'ai trouvé que c'est le système le plus simple, demandant le moins d'investissement, et étant le plus proche d'un logis "sauvage" pour les abeilles. (bon... faut pas les montrer à un apiculteur industriel qui risque de faire une syncope)
Et cela a l'air de convenir aux abeilles car je n'ai pratiquement pas de pertes, sauf accidentelles, depuis plusieurs années. Cette année je n'ai pas eu beaucoup d'essaims par contre - mais cela semble généralisé - et l'un ou l'autre a boudé mes autres ruches et s'est échappé en forêt.

3 commentaires:

célou a dit…

tu pourrais expliquer comment tu as fabriquer tes ruches car je voudrais bien faire de même.
merci
cécile

maxime a dit…

salut euh... y'aurais pas moyens d'avoir l'explication precise de la construction de la ruche tronc SVP ?

Merci d'avance

Geispe a dit…

oups j'ai dû louper ou oublier l'ancien commentaire de Cécile... scuses... vais voir à vite répondre surtout que c'est la saison...