dimanche 2 décembre 2007

à la noix...



petit noyer deviendra grand... mais mettra beaucoup de temps pour devenir grand...







il faut d'abord les décortiquer, un peu chaque jour, à l'avance ou au fur et à mesure des besoins...




puis les piler... ou les moudre : moudre c'est bien plus rapide mais les cerneaux ne seront pas écrasés mais seulement réduits en miettes... ce n'est pas la même chose si par exemple on veut émulsionner pour faire un beurre de noix... ou encore en extraire quelques gouttes d'huile en les pressant dans un petit tissu... histoire d'en frotter la poêle...













presqu'un symbole de l'autarcie, la noix :
environ 660 calories aux 100g, (c'est le tiers de la ration quotidienne nécessaire) 15% de protéines, 60% de lipides et 15% de glucides... plein d'oméga 3 etc...
le noyer peut produire s'il est gros jusqu'à 150 kg de noix, ce qui fait environ 75kg de cerneaux... sans que l'on ait besoin de rien faire et ce pendant plus de 200 ans...

c'est un arbre qu'il faudrait planter massivement partout autour des villages pour parer à l'avenir impossible de l'agriculture industrielle pétrodépendante... lorsque celle-ci sera tombée en panne sèche, nous ne pourrons échapper à la disette que grâce aux plantations préventives de noyers, noisetiers, chataigniers et autres fruitiers...

la noix est intéressante pour plein de choses :
on peut bien sûr en faire de l'huile mais il faut savoir la presser... deux kg de cerneaux donnent environ un litre d'huile. à mon avis il vaut mieux la manger entière plutôt que de donner le tourteau aux animaux...
elle est bonne à croquer telle que, avec du pain paysan ou complet, elle est bonne hachée dans toutes sortes de préparations et salades, qu'elle enrichit considérablement en raison de sa composition en lipides, elle est très utile pilée dans un mortier pour la préparation de divers pâtés, pâtes à tartiner (mélangée à d'autres choses), elle se mange sucrée ou salée, on peut en faire en l'émulsifiant avec de l'eau (si on veut faire gonfler, rallonger, il faut verser l'eau au compte goutte et battre comme pour la mayonnaise), une sorte de beurre de noix, de crème, de lait ou de béchamel selon l'épaisseur que l'on veut obtenir...
elle peut se mélanger aux mueslis, barres de céréales et fruits secs, noisettes ou autres oléagineux grillés, etc...
elle se stocke facilement (juste gare aux rongeurs) et durant plusieurs années s'il le faut...

4 commentaires:

tis a dit…

J'ai eu le désagrément de la voir rancir assez vite dans ma cuisine. Mais je viens juste de découvrir qu'il eut fallu la conserver à l'abri de la lumière et de la chaleur... ce que je n'avais pas fait. :(

Une autre huile intéressante, celle des faînes du hêtre, mériterait sûrement un article.

Geispe a dit…

les faînes sont effectivement très intéressantes et étaient assidûment ramassées à l'époque.
le secrétaire de mairie, sachant que je m'intéresse au sujet, m'a passé la copie d'un article de journal très ancien qui relate un procès et un arbitrage à la suite d'une bagarre entre deux villages suite à la concurrence sur les lieux de ramassage des faînes...
je suspecte cependant que c'était déjà du ramassage plus lucratif, donc pour la revente, plus que pour un usage personnel...
l'autre gros problème c'est que les hêtres (je suis entouré de forêts de hêtres entre autres et je ramassais toujours un peu de faînes) ne font plus de fruits ou à peine, depuis bien six ou sept ans : à mon avis les perturbations climatiques sont passées par là, le hêtre nécessitant certaines conditions de température pour fructifier... trop chaud et trop sec, désormais je pense...

tis a dit…

J'ai entendu dire que les bonnes récoltes ne se font que tous les 7 ans et que l'huile peut se conserver une dizaine d'années.
Pour faciliter la récolte on peut étendre des toiles sous les arbres.

Tu trouveras un article issu du Journal de physique de 1781 ici :
http://books.google.fr/books?id=vh0AAAAAMAAJ&pg=PA89&vq=fa%C3%AEne&dq=huile+de+faine&source=gbs_search_s&cad=1

PS : désolée je ne sais comment rendre le lien actif.

Tis a dit…

Le même lien donnant accès à cet article d'une douzaine de pages :

Huile de faîne