lundi 7 janvier 2008

et au jardin ?






ben dans le mien c'est pas rose... ni avant le "grand froid" et encore moins après...
pas mal d'échecs cette saison, en raison du yoyo du temps : l'alternance froid-humide et nuits trop froides chez nous, même cet été, jours trop ou pas assez chauds, etc... et en particulier présence cette année de prédateurs (mulots, campagnols, rats des moissons) qui ont "liquidé" mes carrés (environ 3 ares) de céréales en s'y attaquant durant la période de mûrissement... pourtant elles étaient assez bien venues (sauf l'orge et l'avoine plus clairsemées que blé et seigle).
Mais un mois avant la récolte çà a commencé : tous les jours quelques épis décapités ou couchés à terre, de sorte qu'à la fin il n'en restait plus un seul...
et je ne pouvais rien faire sauf éventuellement empoisonner les rongeurs... mais çà je ne voulais pas... alors on recommencera l'an prochain pour voir s'il s'agissait d'une prolifération exceptiponnelle : si ce n'est pas le cas ce serait risqué pour la survie ... en, cas de nécessaire autarcie réelle...

les pommes de terre ont réussi mais même là une partie de la récolte est passée dans le ventre des campagnols... (le climat a fait qu'apparemment ils se multiplient non-stop : j'ai trouvé un nid de mulot en décembre donc à l'entrée de l'hiver...)

aujourd'hui j'ai testé quelques trucs pour voir ce qui tient au froid :
pour les poireaux sur la photo j'ai triché : j'avais réussi à faire de beaux replants à partir de mes propres semences... ils ont hélas été décimés par la mouche du poireau... pour me dépanner j'en ai donc acheté dans le commerce... et pour les conserver... je les plante dans le jardin où ils continuent de pousser...

bon point pour les choux fourragers... (ils ont beau être fourragers ils sont délicieux à manger et se sont bien tenus...), et sinon il ne reste pas grand chose d'autre : si, les navets jaunes aussi ont bien tenu y compris les fanes en partie gelées mais qui ont tendance à repousser au moindre coup de douceur...

quelques sauvages comestibles bienvenues encore : beaucoup de cardamine hérissée, un peu de mâche revenue spontanément mais délicate quand même car j'en avais semé pas mal, issues de semences de l'an dernier...il semblerait par contre qu'elle puisse "veiller" une année et venir seulement la seconde année... on verra bien.
beaucoup de mouron aussi...




et le raifort officinal : très bon condiment, mais semé trop tard il reste petit... viendra cependant au printemps...



même du lamier pourpre en fleurs...

1 commentaire:

Yves a dit…

Un grand bravo pour ton expérience d'autarcie, et merci pour ton blog.

Yves d'Oléocène