mardi 2 septembre 2008





bidens tripartitus est apparemment une "mauvaise herbe" tardive : elle vient d'apparaître chez moi ; les jeunes feuilles peuvent se consommer cuites... il faut dire que dans la nature ce ne sont pas les épinards qui manquent, et épinards tous les jours peut être un bon plan B ocazou :-)

les diverses renouées font actuellement de jolies fleurs ; mais à cuire ce n'est pratiquement que la bistorte qui est intéressante parce qu'elle fait de grandes et belles feuilles. elle ne fleurit plus actuellement mais si on l'a repérée et coupée elle repousse sans cesse et on peut toujours la manger... j'en avais parlé au printemps, je crois...







gare à qui vient butiner la balsamine : en fait, pas si efficace... l'idée... j'ai observé un moment et suis revenu plusieurs fois... rien pris... apparemment l'araignée était peut-être trop visible ou les abeilles trouvent cette balsamine inhabituelle, car elles allaient dans les autres :-) (araignée crabe napoléon - synema globosa) - elle a finit par s'en aller...

3 commentaires:

Hagouchonda a dit…

Interressant ton site, je suis personnellement partisant de ton plan B. :) Je crois que l'otarcie est la seul vraie manière de vivre. Pour notre part, on repose autant que je peux sur la ceuillette de plante sauvage. On fais tout de même un peu d'horticulture car notre habitat a été dévasté par ces sales civilisés...

On travail beaucoup sur sa restauration et son enrichissement. Plantation d'arbre, diffusion d'espèces menacés, etc.

Geispe a dit…

le plan B c'est vraiment en cas de nécessité, mais je crains que tôt ou tard nous ne soyons contraints d'y passer : je ne vois pas d'alternative si le pétrole devient insuffisant au point de ne plus arriver que ce soit dans un an ou dans dix ans ou pourquoi pas plus...
les sales civilisés bof nous en faisons partie que nous le voulions ou non :-) faut se faire à l'idée que nous avons fait un choix collectif et une expérience - très enrichissante quoi qu'on en dise - qui aura duré l'espace d'un siècle...
l'autarcie pure et dure ne suffira pas, je crois, car nous sommes bien trop nombreux, et il faut toujours coopérer quelque part tôt ou tard.
et un lieu de vie où l'on voudrait vivre de cueillette nécessite un espace bien trop important, et un milieu fort tempéré : je pense qu'il faut que nous inventions quelque chose qui se situe entre les deux : se servir au maximum du travail que la nature fait pour nous - car elle fait proliférer la végétation - mais gérer des espaces cultivés ou semi-cultivés qui seront quand même bien plus productifs qu'un espace sauvage.

Hagouchonda a dit…

>les sales civilisés bof nous en faisons partie que
>nous le voulions ou non (...)
Crois moi notre «participation» à la société des civilisés tiens plus du minimum requis pour qu'ils nous sacre la paix... Car de nos jour il est difficile d'échapper totalement à cette machine de mort qu'est la civilisation.

Mais pour en revenir à nos wapiti, c'est certain que pour vivre de cueillette exclusivement il faut de grand espace. Mais rien n'empêche de favoriser une certaine concentration autopur des lieu de campement. Je m'explique, on plante des arbres/arbustes alimentaires (noyer, chaîne, caryer, etc.) puis sous ce couvert forestier on plantes diverses plantes comestibles (groseillers, framboisier, ronces, vignes, ail des bois, fougères (comestibles), etc.

Ce qui de toute façon aurrait tendance à ce produire puisque les membres de la bande vont se soulager en périphérie du campement. Et ce fesant isl disséminent les graines des petit fruits comestible en concentré autour du site. Sans parler des graines plus grosses (cerise, etc.) qui vont être apporter sur le site et jetter autour.

Ça pourrait être vue comme un espace semi-cultivé mais en réalité il est sauvage, et habiter par des humains tout aussi sauvage. C'est un effet naturelle de la présence d'humain sauvage. :)

Cela dit on peut compléter par un petit peu d'horticulture, bien que cela représente beaucoup de travail. Si on compare à la cueillette. Quelque 2 ou 3 heures par jour suffise à collecter d'importante quantité de nouriture (en été). L'horticulture ça demande bien du temps en comparaison mais les espaces.

;) Tu sais un espace sauvage est bien plus productif qu'un espace cultiver quand on y regarde bien. Dans un espace sauvage on ne trouve pas juste de la nouriture, il fournis du bois pour le feux des matériau de construction, éberge du gibier,etc. ça dépend de ce que l'on mesure. ;)

Sauvagement votre
Hagouchonda