mercredi 3 septembre 2008




elle ressemble à une guêpe, vole et fait du bruit comme une guêpe, se comporte tout comme elle en bougeant son abdomen pour respirer lorsqu'elle est posée... mais ce n'est pas une guêpe : une inoffensive mouche syrphide...



totalement inoffensive elle aussi : la grande tipule. au stade adulte comme ici certaines espèces ne se nourrissent pas ou d'autres s'intéressent aux semences des herbes graminées...



elle traversait un rocher semé de lichens, et s'est intéressée à mon objectif...
nous n'avons pratiquement pas eu de problème de limaces cette année assez sèche chez nous, ce qui fait pas mal de soucis en moins. mais là avec une arrière-saison qui s'annonce humide elles apparaissent : il faudra faire attention au risque dès le printemps prochain, si jamais elles ont l'occasion de beaucoup pondre et de profiter d'un hiver doux...




setaria est une mauvaise herbe fort intéressante : il est assez "rentable" de recueillir ses graines car elles ne sont pas trop petites, contrairement à d'autres comme le pied de coq ou l'amarante sauvage... j'aurai l'occasion d'y revenir.




il a eu le tort de s'installer au pied d'un galinsoga : quand on désherbe ce dernier on emporte de grosses mottes avec tout ce qui se trouve à côté...



cette sauterelle n'est pas contente non plus de mon désherbage... son paysage a disparu... et elle est désorientée ; il lui suffira cependant d'aller juste un peu plus loin dans le grand espace des potimarrons et autres cucurbitacées... : c'est la jungle.


3 commentaires:

Anonyme a dit…

merci pour ta réponse l'autre jour à propos des orties.
Ton blog est une merveille depuis la grisaille parisienne !

Anonyme a dit…

DE LA LIMACE
Chez nous (Bigorre) les limaces sont un fléau ! Une nette surpopulation qui s'explique peut-être pas le manque de prédateurs (hérisson, et d'autres peut-être)...Je ne sais.
Les traitements même organiques sont soit chers, soit fastidieux rapport à la quantité de limace à combattre (à la tombée du jour, d'avril à novembre, elles sont partout!). Je repique au maximum, sans quoi c'est sans espoir. Et encore même les semis sous abris doivent être bien surveillés (toute une caissette de sauge dernièrement, snif...).
le seul remède efficace à court terme me paraît le "piège humide", une toile mouillée sous laquelle elle se réfugie en journée. On peut ensuite en choper un max à zigouiller ou expulser (selon votre sensibilité :-). Mais y a intérêt à être au rdv un peu avant la tombée du jour.
A long terme je veux essayer de réintroduire/attirer les prédateurs naturels. Suis preneur de tous renseignements à ce sujet.
Et longue vie à ce blog.

Geispe a dit…

j'ai aussi eu des années à limaces et depuis je me méfie et les garde en respect... il y a diverses techniques pour essayer de les limiter : j'avais écrit une liste d'idées que je vais peut-être reprendre ici dans un prochain message après l'avoir révisée, puisque elle reste toujours d'actualité...