dimanche 9 novembre 2008

farine verte

autre séchage intéressant et important en autarcie... pour "arrondir les fins de mois", feuilles de guimauve, orties, consoude, bourrache, etc... etc... sont séchées en été, puis, par la suite (on peut faire çà progressivement et tranquillement en hiver), réduites en paillettes ou en poudre. les paillettes pourront servir à faire des soupes ou à être mélangées à des plats cuisinés, pâtés, galettes ; la poudre peut se mélanger aux farines pour les rallonger...

les malvacées (mauves, guimauves, rose trémière, hibiscus, etc..) ont l'avantage d'être épaississantes...
les orties sont très riches en protéines...

c'est une procédure que l'on aura intérêt à développer si la nécessité se faisait sentir : s'il y a des inquiétudes quant aux réserves hivernales, rien ne nous interdit de passer l'été à sécher de grandes quantités de toutes sortes de plantes sauvages comestibles.

la guimauve peut être entreposée dans la grange, avec le foin, en attendant son utilisation...



idem pour les feuilles de la renouée bistorte : j'en ai fauché tellement qu'il me suffit de la récupérer dans le foin de mon cheval :-)



les feuilles sèches (guimauve ici) peuvent aussi être stockées à l'intérieur, dans des sachets de papier kraft ou en tissu...



on peut cuisiner tout cela tel que ou cassé ou coupé, mais on peut aussi le réduire en paillette voire en farine... pour la réduction en paillettes ou en farine il faut passer rapidement au four pour rendre les feuilles très cassantes.



elles sont ensuite pilées dans un mortier strié en céramique :
(ici un suribachi japonais, çà marche bien mieux pour cette opération, qu'un mortier ordinaire)



un dernier tamisage est facultatif : si l'on veut obtenir une farine très fine...

9 commentaires:

Remas a dit…

Assez intéressant ça, enfin j'adore, y il y quelque années je ne savais pas encore qu'on pouvais manger des orties, qui piques ^^)
L'année prochaine, je vais faire cela avec des orties, et j'essayerai de les "cultiver" un peu plus sûr le terrain où j'habite et aux alentours.

J'aimerais bien faire des soupes avec des feuilles d'orties, j'en ai encore jamais manger, mais d'après tout ce que j'ai vu sur eux, y sont vraiment bon et utile en cas de disette. ( j'ai vu ça dans d'autres de tes écrit ^^)

Par contre, ça me trouble le faite qu'ils soient urticant. Je vais faire quelque recherche la dessus.
Et j'aurais bien voulu savoir comment tu faisais pour pas te piquer ^_^

Geispe a dit…

une fois cuites ou séchées elles ne piquent plus... on prend en général la partie supérieure seulement ; si on est gourmet pour faire les soupes ou des épinards on ne prend que l'extrémité, les pointes d'ortie (les feuilles plus anciennes peuvent se manger aussi mais elles risquent d'avoir parfois un goût de poisson qui vient des protéines qu'elles contiennent)... avec la technique on se fait à peine piquer en les cueillant - question d'habitude.
l'un des avantages de l'ortie c'est qu'une fois coupée, elle repousse... et ce presque toute l'année sauf l'hiver...

Remas a dit…

Merci de la réponde.
Bon ba alors je vais prendre des jeunes feuille plutôt, vu que ça repousse vite, pas de problème. ^^
J'ai fait quelque recherche et j'ai vu que l'ortie a pas mal de qualité médicinale, ce qui me fait penser que l'homme est vraiment fait pour vivre dans la nature, qui est d'ailleurs très belle. ( Merci pour toutes ces belles photos en passant ^_^ )

Sinon, les tiges d'orties permettent aussi de faire du fil (ou corde, enfin dans le genre) je crois, ça pourrait faire un petit artisanat ça.

Et c'est quoi la technique pour par avoir plein de grosses démangeaison sur les mains ?
S'il te plait ^_^

Geispe a dit…

pour de grosses quantités et de grandes orties il vaut mieux mettre des gants mais je n'en mets pas en général lorsque je cueille les pointes : je pince la tige avec deux doigts, avec un peu de précaution mais il faut dire que les quelques piqures ne me dérangent pas... :-)

Remas a dit…

Dac o dac, je vais voir avec les orties de chez moi comment faire.
Mais je pense que ça devrait marcher.
Et que ça devrai être bon tout ça.

Geispe a dit…

on peut encore en cueillir mais çà va se terminer s'il fait très froid... il y a pas mal de recettes sur le net.
un mot encore : leurs fleurs (ces petits grains qui pendent en grappes une fois que l'ortie est grande) ne se mangent pas,
(elles sont à usage médicinal prudent contre l'enurésie)

Anonyme a dit…

Effectivement avec un peu d'habitude on arrive à ne pas trop se piquer. Parfois, au fil de la journée,une petite démangeaison au bout des doigts qui vient rappeler qu'on a "fait des courses"...
Si ça gratouille trop, frotter avec des feuilles de plantain.

Remas a dit…

Dac o dac, merci à vous.
J'en ai vue quelque uns encore, des orties, je pense que se sera juste une petite dégustation.
C'est vrai qu'il y en a plus beaucoup quand ça commence à faire froid

venezia a dit…

ça m'ouvre des perspectives pour quelques plantes séchées (je vais donc faire de la poudre de verveine)…
un grand merci