dimanche 3 février 2008

vie collective

je reprends plus loin un paragraphe que j'ai publié dans mon blog consacré aux biorythmes, car je trouve important de connaître le mécanisme ; il nous a aidé à gérer tout au long de nos péripéties avec nos enfants, leurs copains, nos voisins et nos collègues de travail...

il faut dire qu'un mode de vie qui essaie de s'approcher de l'autarcie va forcément donner lieu à plus de promiscuité, plus de présence des uns et des autres ; et il faut alors bien "se supporter" ... aujourd'hui beaucoup de gens, s'ils sont encore ensemble, tiennent ensemble... parce qu'ils ne sont pas ensemble la plupart du temps : les uns au boulot, les autres à l'école, ensuite aux activités de loisirs...

dans une autarcie tout cela n'existe pas et que l'on est ensemble, ou pas loin, tous les jours de l'année et du matin au soir... on a intérêt à bien organiser le système pour ne pas se marcher sur les pieds et aussi trouver des moyens de résoudre d'éventuels conflits par la discussion...

nos discussions et expérimentations portent aussi sur l'aspect "quel est le système optimal" dans une famille, ou un groupe par exemple : et si pour examiner cela on "recommence à zéro" en remontant "au début" on est obligé de passer en revue tout ce que nous connaissons : la religion, parce qu'elle influence notre vie quotidienne : avons nous besoin d'un dimanche par exemple, la monogamie (pas au point puisque aujourd'hui elle ne semble plus du tout convenir à la majorité), le travail (aller travailler n'existe pas chez Robinson Crusoé), l'école non plus, les loisirs organisés non plus, etc... ce qui ne veut pas dire qu'il faut balayer tout çà mais il faut trier entre ce que nous voulons vraiment et ce qui nous est imposé... les rythmes aussi que ce soit du jour et de la nuit. à certaines époques, on ne dormait pas beaucoup les nuits de pleine lune et certains en profitaient même pour travailler dans les champs à la faveur de la lumière : je ne vais pas jusque là puisqu'il s'agissait probablement déjà de faire "le plus possible", mais il peut être féérique de sortir les nuits de pleine lune... ou simplement de faire la fête...
même travailler si on en a envie... d'autant plus que comme par hasard on est insomniaque à ce moment là.

c'est probablement aussi le "métro-boulot-dodo" qui, après le néolithique déjà, nous a imposé une façon commune de manger à des heures précises, tout comme aujourd'hui on oblige certains petits enfants à sortir du lit à six heures du matin y compris en plein mois de janvier quand le jour ne se lève qu'après huit heures...

nous en étions venus à la déduction, et en observant ce qui se passe aujourd'hui, qu'il nous faudra inventer le mode de vie qui n'existe pas encore, celui qui va à la fois nous permettre d'être seul sans être seul, puisque nous avons besoin et aimons l'autre mais avons simultanément envie de notre petite quiétude... : une sorte de "vivre ensemble séparément" ... je reviendrai sur le sujet...

alors pour l'instant une petite recette pour éclairer certains de nos comportements... :

les biorythmes peuvent aider à résoudre certains types de conflits... (parents enfants ou entre parents) s'il y a problème commencez par vérifier vos cycles respectifs car :

- jour critique émotionnel : c'est le jour de la semaine - toujours le même : celui où on est né (parce que c'est un cycle de l'humeur de 7 jours) enfant ou parent, peuvent être particulièrement irritables, ou irritants pour les autres.
vérifiez le jour critique émotionnel de chacun : vous verrez peut-être que les conflits ont souvent lieu ce jour là... (dès le soir précédent car le jour critique émotionnel démarre la veille : né par exemple un dimanche on pourra être de "chatouilleux" à "explosif" de samedi soir à dimanche soir...)

- période critique septennale : ce sont les âges de la table se sept. (car cycle des émotions de sept ans)
périodes très particulières où là aussi nous sommes "différents" tendance à dépression et aggressivité : vérifier si parents et/ou enfants ne sont pas à cet âge là où il faudra parfois "manipuler avec précaution"...
(alentours de 7ans, 14 ans, 21 ans, 28 ans, 35 ans, 42 ans, etc...)

une fois qu'on le sait les deux parties (et l'entourage si l'on est dans une famille ou un groupe) doivent en tenir compte : par exemple dans mon jour critique émotionnel je dois me maîtriser sachant que je me fâche facilement, mais les autres doivent me "ménager" et éviter de provoquer...

pour connaître son jour critique émotionnel :
http://biorythm.online.fr/w/

2 commentaires:

jh a dit…

Un tout grand merci pour votre blog que je découvre aujourd'hui : j'en partage de nombreuses idées. De plus il est écrit avec clarté. Bravo. J'ai presque envie de dire que je partage votre philosophie. Mon problème, c'est que j'ai peur encore de passer à l'action. Cela va venir.... Vous parlez des biorythmes : un radiesthésiste m'avait parlé de ce sujet voici un petit temps déjà. J'aurais aimé connaître le jour qui correspond à ma naissance, mais je n'y parviens pas. (le 14 janvier 1957). Comment puis-je faire ? Merci encore pour ces réflexions, c'est un vrai moment de sérénité.

merepoule a dit…

Bonjour,
Je découvre votre blog aujourd'hui et il est pour nous, une mine d'info ! Nous sommes parents de 7 enfants et nous acheminons tranquillement vers l'autosuffisance si ce n'est l'autarcie.Nous en sommes au plan de notre future maison pensée comme telle...Je vous invite à faire un tour sur mon blog qui relate notre école à la maison , si vous avez le temps, vous êtes le bienvenu !