lundi 6 avril 2009

quelques nouvelles éclosions...

les ficaires ont enfin suivi leurs feuilles qui étaient apparues en premier. ici quelques unes dont j'ai remarqué les pistils noirs...
et c'est seulement en voyant de près la photo sur l'ordinateur que je découvre qu'il s'agit d'un petit insecte posé sur chacune de ces barres de douceur...




la renouée bistorte : très bonne comestible ; une fois que l'on connaît son environnement on saura retrouver l'année suivante les différentes sources de plantes intéressantes à cueillir, de nombreuses reviendront aux mêmes endroits.




la pimprenelle aussi se développe bien : elle était quasi absente à notre arrivée. peut-être importée - avec bien d'autres fleurs de prairie dont je n'avais pas l'habitude ici, avec des roundballers de foin que j'ai achetés...
mais peut-être aussi un lien avec un assèchement de notre environnement : alors que nous avions plusieurs inondations régulières chaque année pendant dix ans, cela fait à présent une autre dizaine d'années qu'il n'y en a plus, la quantité de pluies ayant nettement diminué... et il s'en suit une modification notable de la végétation.




la violette odorante... sent délicieusement bon...




en principe la capselle bourse à pasteur, une autre comestible... elle va fleurir ce qui permettra d'en être sûr. ses feuilles peuvent prendre des allures très différentes et ressembler même à du pissenlit, parfois... le pissenlit est là aussi d'ailleurs mais pas encore en fleurs.




l'égopode, figure au hit parade des plantes fréquentes et bonnes comestibles...



le lamier pourpre est une sorte d'ortie non piquante : elles se mangent toutes, blanche, jaune, pourpre ou celui aussi tacheté qui ressemble au pourpre mais bien plus grand. le lamier pourpre est plutôt un lamier nain... :-)



les feuilles de reine des prés sont faciles à repérer : elles viennent dans les endroits particulièrement humides.

7 commentaires:

colibri a dit…

merci, Geispe, pour ces bonnes photos de "sauvages" dont je consomme la plupart régulièrement et avec plaisir. Jusqu'à présent, je n'ai pas encore réussi à identifier sûrement la bistorte... Auriez-vous une photo à un autre stade de sa végétation, ou un "truc" pour son identification ? Sur photo, je n'arrive pas à distinguer ce qui la différencierait des rumex... Bonne journée à vous et à Sabine.

Geispe a dit…

je refais des photos quand elle sera plus grande.
j'en ai parlé le 3 et le 21 mai 2008, aussi avec quelques photos.
assez différente des rumex (qui sont d'ailleurs aussi comestibles) elle pousse dans les prairies et endroits vraiment humides.
sinon on peut faire une recherche dans le blog en haut à gauche petit carré blanc "renouée bistorte".

Sébastien LE PIOUFLE a dit…

Violette... c'est le nom de ma fille qui vient de naitre!!! Comme quoi; c'est bien la saison ;)

Geispe a dit…

ah oui... bravo, toutes mes félicitations pour cette naissance printanière ! :-)

Pierre a dit…

Bravo pour ces photos magnifiques et ces articles très interressants. C'est toujours un plaisir de venir faire un tour sur ce blog. Continuez !

venezia a dit…

Geispe,

Comme tu as ces ravissantes violettes sous le nez, j'aimerais vraiment savoir si tu trouves que les feuilles sont plus odorantes que les fleurs et si le parfum semble ou non le même. Un grand merci d'avance.

Geispe a dit…

sur le coup j'ai commencé à me poser des questions ... mais suis sorti devant la maison où j'ai un beau mètre carré de violettes odorantes que j'avais à l'époque importées depuis la forêt d'à côté...
ce ne sont que les fleurs qui sont parfumées : les feuilles ont une odeur de simple herbe verte, surtout si on les écrase mais aucun parfum. c'est ce que je pensais car l'odeur est en principe réservée aux fleurs afin d'attirer certains insectes pollinisateurs... c'est ainsi que le chèvrefeuille par exemple secrète son parfum à partir du soir et la nuit puisqu'il est pollinisé par les papillons nocturnes... :-)